1 – L’APC, une démarche engageante

Approche par compétences Ressources en APC Mise en oeuvre de l’APC Traduire le référenciel de compétences en maquettes Élaboration du référenciel de compétences Démarche engageante

Intérêts de l’approche par compétence

Au-delà des aspects réglementaires qui conditionnent la présentation des programmes de formation par compétences dans la prochaine accréditation, les bénéfices de l’APC sont nombreux et s’expriment à plusieurs niveaux :

Pour les apprenants / étudiants :

  • Identifier de manière claire et précise les compétences qu’il acquiert au travers de sa formation ;
  • Donner plus de sens à la formation, et faire un lien entre les différents apprentissages et les expériences professionnelles tout au long du parcours ;
  • Rester motivé et engagé tout au long de son parcours ;
  • Pouvoir mieux envisager et élaborer son projet professionnel (recherche de stage, apprentissage, employabilité, activités associatives… ) ;
  • Nourrir son esprit critique, sa réflexivité, le développement de son autonomie.

Pour les enseignements :

  • Avoir une compréhension commune et partagée de l’apport de chaque enseignement au niveau de la formation ;
  • L’APC est une aide pour construire les enseignements (selon une cohérence entre  objectifs, activités et évaluation) et ainsi renforcer la qualité et l’intégration des apprentissages ;
  • L’APC permet de mieux valoriser les compétences transversales de haut niveau (esprit critique, réflexivité, …) tant recherchées.

Pour les équipes pédagogiques :

  • Facilite la construction de la maquette de formation ;
  • Améliorer la cohérence de la formation et son attractivité ;
  • Faciliter la communication sur la formation. 

Pour les responsables de la formation :

  • Avoir une visée partagée par l’ensemble d’acteurs qui composent et collaborent à la vie d’une formation ;
  • Favoriser l’interdisciplinarité en mettant en place des transformations pédagogiques (approche par projets, approche par problèmes, démarche Portfolio…) ;
  • Avoir une vision partagée du profil du diplômé de la formation ;
  • Inscrire la formation dans une logique de professionnalisation afin de faciliter l’employabilité des diplômés ;
  • Avoir une meilleure lisibilité de la formation (en amont et en aval).

Pour l’Université :

  • Mettre en avant les spécificités des formations ;
  • Meilleure lisibilité des diplômes universitaires en dehors de l’université. 

“Ce qui nous intéresse dans l’APC, c’est son potentiel à contrer les manques d’engagement des étudiants, l’apprentissage en surface, l’absence d’esprit critique ou encore la difficulté à transférer les apprentissages dans le concret. Ce potentiel concerne toutes les formations qu’elles soient ou non professionnalisantes.” 

Lamy, A. (2020). Définir et mettre en œuvre une approche par compétences. Entretien avec Francois Georges, Les Cahiers de la SFSIC.

L’approche par compétences à Avignon Université

L’approche par compétence (APC) nécessite de se décentrer de l’approche traditionnelle d’élaboration des maquettes de formation, dans laquelle on se concentre sur la discipline et  les connaissances à acquérir pour définir les UEs et les cours.

Dans une approche par compétences, ce sont les finalités de la formation, exprimées en compétences, elles-mêmes déclinées en acquis d’apprentissage, qui vont guider la structuration du programme de formation dans un premier temps, puis l’adaptation des méthodes d’enseignement et d’évaluation dans un autre temps.

La formation doit alors être envisagée comme un parcours, et prévoir des temps d’apprentissage, mais également des activités de mise en situation (AMS), où l’étudiant.e apprend à mobiliser ses ressources (savoirs, savoir-faire et savoir-être) dans des situations complexes et à travers lesquelles les compétences acquises peuvent être évaluées.

Cette démarche nécessitera un investissement conséquent des équipes pédagogiques, qui pourront être accompagnées par la mission APUI.

Elle nécessite d’être mise en œuvre graduellement selon plusieurs étapes. Ces étapes sont une aide méthodologique qui n’est pas linéaire. Il existe une itération entre chacune d’entre elles.

À Avignon Université, le calendrier indicatif est le suivant : 

Étape 1 : Élaboration du référentiel de compétences de la formation
Juillet 2023 

  • Définition du référentiel de compétences visées par la formation
  • Explicitation des acquis d’apprentissages qui en découlent
  • Alignement sur les blocs RNCP

Étape 2 : Définition des nouvelles maquettes
Novembre
2023 (dépôt des maquettes)

  • Identifier les enseignements qui couvrent au mieux les acquis d’apprentissage
  • Regrouper les enseignements en vue d’une AMS (Activité de mise en situation complexe) mobilisant les compétences acquises dans les différents enseignements.

Étape 3  : Définition des modalités d’évaluation et de certification des compétences
Pendant le contrat  (2024-2027)

  • Élaboration d’AMS participant à l’évaluation du bloc
  • Évolution vers des blocs non compensables
  • AMS certifiant les compétences

L’Approche Programme Compétences évaluée par l’HCERES

Dans la vidéo ci-dessous, Lynne Franjié du département d’évaluation des formations de l’HCERES nous indique la vision de l’HCERES sur la mise en place de l’APC dans les établissements.

2 tendances de mise en place qui traduisent l’appropriation réelle de l’APC par les équipes.

La première, souvent choisie en attendant le nouveau contrat, est basée sur les enseignements et les compétences sont une surcouche que l’on retrouve dans des tableaux de correspondance UE / compétences. Le référentiel est bien souvent celui de la fiche RNCP sans appropriation. L’évaluation des compétences quand elle a lieu est bien souvent distincte de celles des UE.

La seconde est plus dans une logique de compétences que l’on retrouve au centre de la maquette, des formations et des évaluations. Les maquettes sont présentées et organisées en Blocs de Connaissances et de Compétences. Cette approche engage généralement les équipes dans une transformation pédagogique globale, les enseignements se réalisant pour servir les compétences et non plus pour eux-mêmes. On y retrouve un alignement pédagogique cohérent avec l’évaluation des compétences.

Les enjeux de l’APC dans l’évaluation de l’HCERES

L’APC doit assurer une meilleure lisibilité de l’offre de formation pour les étudiants et la société, mais aussi la cohérence pédagogique de l’offre de formation. Enfin elle facilite le parcours de l’étudiant au sein de l’offre de formation.

Les points d’attention

  • Élaboration d’un référentiel de compétences (RNCP ou spécifique)
  • Structuration de la maquette en BCC
  • Évaluation des compétences

3 critères concernés : Réf. 4C1 , 5C1 , 13C3


APC : outil méthodologique

La mission APUI a développé un outil numérique pour accompagner les équipes pédagogiques dans leur approche programme-compétences.

Cet outil, sous forme d’un tableur Google (une version NextCloud est en cours de réalisation), permet de partager facilement la démarche du référentiel de compétences à la liste des enseignements. Les équipes disposent de plusieurs feuilles de calcul qui reprennent automatiquement les résultats de chaque étape de la démarche. Seules les zones sur fond vert sont à renseigner.

Pour l’étape 1, l’équipe pédagogique doit lister les profils de sortie des étudiants. Ces profils sont à la fois :

  • Professionnels immédiats, à la sortie donc du diplôme
  • Professionnels indirects, après une autre formation à laquelle mène le diplôme
  • De réussites académiques et concours : c’est le cas pour des diplômes préparant à des concours ou à des formations sélectives.

L’étape 2 consiste à décliner les profils de sortie en compétences. Les compétences sont entendues ici comme la mobilisation à bon escient de savoirs, savoir-faire et savoir-être permettant de résoudre une problématique complexe contextualisée. Ces compétences sont partagées entre les profils de sortie.

L’étape 3 permet de préciser les compétences en acquis d’apprentissage. Les acquis d’apprentissage sont entendus ici comme des objectifs pédagogiques d’un enseignement. Les acquis identifiés peuvent être communs à plusieurs compétences. La matrice de cette étape permet de mettre cette transversalité en évidence.

L’étape 4 accompagne l’équipe dans l’établissement des enseignements nécessaires à l’apprentissage des acquis de l’étape précédente. Pour chaque cours, il convient d’indiquer si celui-ci à l’acquis comme objectif d’apprentissage ou s’il est un prérequis du cours. La matrice obtenue permet de répartir les enseignements sur les différents semestres de la maquette.

Enfin, l’étape 5 s’assure de la complétude de la maquette en regard des compétences attendues. C’est la matrice croisée UE x Compétences. Il faut indiquer dans chaque case :

  • Un A si le cours participe à l’acquisition de cette compétence, en y apportant des connaissances essentielles et/ou en proposant des activités pour sa mise en pratique.
  • Un E (qui inclus le A) si le cours participe à l’acquisition de la compétence et comporte des AMS (Activités de Mise en Situation) qui permettent d’attester de l’acquisition de la compétence.
  • Un R (qui inclus le A et le E) si le cours nécessite cette compétence comme prérequis pour la réalisation des activités demandées et renforce la maîtrise de cette compétence. Elle peut également participer à l’évaluation de la compétence si elle comporte des AMS.

À la fin, l’URL du tableau peut être envoyée à notre outil de génération de tableaux croisés dynamiques pour obtenir une version HTML dynamique qui peut s’imprimer en PDF pour la version papier de vos dossiers.

Pour accéder à l’outil, prenez contact avec la mission APUI