3 – Traduire le référentiel de compétences en maquettes

Approche par compétences Ressources en APC Mise en oeuvre de l’APC Traduire le référenciel de compétences en maquettes Élaboration du référenciel de compétences Démarche engageante

Créer les nouveaux enseignements

Pour réaliser le nouveau programme de formation il faut faire la liste des cours qui sont nécessaires à l’acquisition de chacune des compétences du référentiel.

C’est là que les acquis d’apprentissage vont être d’une grande aide, pour faire le lien et faire correspondre cours et compétences. C’est également à ce stade que l’on peut commencer à imaginer des AMS pour des liens entre plusieurs enseignements qui travaillent une compétence commune.

Question pouvant aider à la réflexion : 

  • À quoi sert le cours et en quoi il contribue à la compétence ?
  • Quelles AMS peuvent être mises en place pour évaluer les acquis d’apprentissage ?
  • Quels liens et regroupements peuvent être possibles entre plusieurs enseignements ?

À ce stade, il faut garder en tête que chaque cours ne se justifie plus au regard de son contenu mais par rapport au développement de la compétence à laquelle il participe.

Des cours peuvent être nécessaires à l’acquisition de plusieurs compétences.


Élaborer des AMS

Une AMS ou activité de mise en situation aussi appelée SAE (Situation d’apprentissage et d’évaluation) est une tâche authentique consciemment organisée pour permettre le développement d’une ou de plusieurs compétences et ainsi l’observer. Les AMS permettent de mobiliser différents acquis d’apprentissage et donc différents savoirs, savoir-faire et savoir-être. 

L’AMS demande de réaliser un livrable (matériel ou immatériel) proche de celui exigé d’un professionnel et s’inscrit dans une démarche projet. Cette production doit faire sens pour l’étudiant afin de l’engager dans le processus. Elle nécessite de sa part de choisir les ressources (savoirs, savoir-faire et savoir-être) à mobiliser et à combiner, mais aussi de se situer régulièrement (en cours de route et en fin de tâche) par rapport à l’objectif qu’il s’est fixé en s’auto-évaluant ou en bénéficiant du regard des enseignants, experts et/ou pairs.

La particularité des AMS est qu’il n’y a pas une solution possible définie en amont par le ou les enseignants mais plusieurs manières d’atteindre le résultat. Ce qui importe est la démarche employée par les étudiants pour atteindre ce résultat.

La mise en place et la complexité des AMS est progressive et s’étend au fil du parcours. On peut tout de même imaginer des AMS dès la L1 : par exemple, la création d’affiches, des présentations en 180 secondes, etc. De même, la majorité des AMS sont transdisciplinaires (crescendo de la L1 au M2).

Exemples d’AMS :

  • Étude de cas
  • Mode projet 
  • Simulations professionnelles
  • Apprentissage par problème
  • Jeu de rôle
  • Investigation
  • Stage
  • Portfolio
  • Soutenance

Quelques exemples de livrables : 

  • Créer un flyer
  • Concevoir un projet d’entreprise
  • Réaliser un dossier de presse
  • Faire une étude de marché
  • Faire une présentation en anglais en 180 sec
  • Organiser un événement de A à Z
  • Réaliser une analyse SWOT
  • Réaliser un cahier des charges
Ce que cela implique pour les enseignants Ce que cela implique pour les étudiants
  • une posture d’accompagnateur des apprentissages. Le suivi est d’autant plus important que l’AMS peut se dérouler sur un semestre entier voire une année
  • une gestion des travaux en équipe
  • un travail en coordination avec des collègues dans la mise en œuvre d’ AMS transdisciplinaires
  • un travail en autonomie ou en équipe
  • un respect des échéances 
  • une acculturation au mode projet
  • une prise de conscience du développement de leurs compétences et des liens entre leurs enseignements

Conseil : Pour concevoir les maquettes en APC, il est nécessaire de commencer par la fin, c’est-à-dire d’imaginer quelle sera l’évaluation de chaque bloc de compétences. On peut regrouper des enseignements dans des blocs de compétences s’ils permettent d’évaluer la même compétence et de se regrouper en une AMS commune. 

Point de vigilance : il n’est pas recommandé de multiplier les AMS afin de ne pas surcharger les étudiants. En effet, une AMS bien conçue demande un investissement important et souvent sur le long terme. Nous conseillons 1 AMS par bloc de compétences ou UE (de préférence entre plusieurs enseignements).


Guide d’auto-évaluation des maquettes

Une maquette de formation explicite la structure des enseignements et activités pédagogiques qui amènent progressivement les étudiants vers les compétences visées.

Pour cela on décompose ces compétences en micro-compétences (parfois aussi appelées sous-compétences, capacités ou composantes) travaillées, observées et évaluées via la résolution de problématiques complexes (AMS). 

C’est donc ce duo micro-compétence / AMS qui nous guide dans la conception des éléments de la maquette. 

Les grands principes à prendre en compte dans cette phase :

  • L’organisation des semestres se fait en UE, chaque UE (3 à 4 par semestre) vise l’acquisition d’une micro-compétence ;
  • Le contenu de ces UE (composées d’enseignements et d’une AMS) est décrit dans un syllabus ; 
  • Les AMS sont les piliers de l’approche par compétences ;
  • Des activités développant l’analyse réflexive des étudiants sont proposées tout au long de la formation ;
  • Le développement et l’évaluation des compétences transversales sont intégrés dans les UE.

Pour garantir le suivi de ces grands principes, nous vous proposons le guide d’auto-évaluation ci-dessous.


Trame de syllabus d’UE

Pour vous accompagner, nous vous proposons une trame, accompagnée d’une notice et d’un cas concret. Cette trame vise à faciliter la description de chaque UE et refléter l’appropriation de la démarche APC.