JENA22 – Programme

 Les impacts du numérique sur les Apprentissages dans l’Enseignement Supérieur : Regards croisés

 

Cette première journée d’étude vise à explorer la perception des enseignant.e.s et étudiant.e.s des impacts des usages numériques dans la société sur les apprentissages. Le numérique a-t-il développé chez les jeunes des aptitudes particulières qui pourraient influencer leurs apprentissages ? Le numérique omniprésent fausse t-il la relation enseignements / apprentissages et leurs évaluations ?

La journée est construite autour de 4 tables rondes thématiques qui organiseront le débat en “regards croisés”. Chaque demi-journée sera introduite par une conférence contextualisant les débats.

L’inscription à la journée est ouverte à tous et gratuite : vous pouvez le faire sur le site de la journée dans la rubrique “Inscription” ou par le biais de ce lien si vous êtes étudiant.e ou personnel de l’université

Lieu

La journée d’étude se déroulera sur le campus Hannah Arendt d’Avignon Université dans l’amphithéâtre AT01 (bâtiment sud). L’adresse exacte : 74 Rue Louis Pasteur, 84029 Avignon

Si vous ne pouvez pas vous rendre à la journée, vous pourrez suivre celle-ci en direct sur ce lien.

Programme résumé

8h30 : accueil

9h00 : conférence “Le numérique est une technologie cognitive”

9h45 : débat #1 “L’évolution des pratiques et l’influence du numérique sur celles-ci”

11h00 : débat #2 “Instantanéité du numérique et rythme d’apprentissage”

14h00 : conférence “Le numérique transforme-t-il vraiment l’Université ?”

14h30 : débat #3 “L’impact du numérique sur l’évaluation des apprentissages, nouvelles perspectives et nouvelles opportunités de fraude”

15h45 : débat #4 “Le numérique fédérateur des apprentissages en présentiel et en ligne”

16h45 : clôture

 

Programme détaillé

Matin

 Le numérique est une technologie cognitive

Conférence de Guillaume MARREL, Professeur de Science Politique :

La sociologie du numérique remet les usages des technologies informatiques et le couplage homme-machine au centre de l’analyse des groupes sociaux et de leurs pratiques. L’école, l’enseignement supérieur et la formation y échappent d’autant moins qu’il importe de considérer l’ensemble des outils numériques avant tout comme des technologies cognitives (Akrich, Callon, Latour). L’anthropologie rappelle en effet qu’il n’existe pas de savoir sans la médiation des supports matériels permettant d’élaborer, manipuler, mémoriser et faire circuler les signes et les symboles dans lesquels s’élabore la connaissance humaine. Ainsi le numérique transforme, accélère et amplifie non seulement la “raison graphique” de la modernité (Goody), les pratiques d’écriture et de lecture, nos cadres de perception et les formats et conventions par lesquels nous avions l’habitude de nous représenter l’expérience du monde, mais aussi toute l’architecture cognitive (médiation, stockage, publication) et les politiques d’orientation dans des savoirs désormais sortis des bibliothèques (Boullier) et, partant, tout l’apprentissage de ces nouvelles mises en formes numériques qui captent si bien l’attention du public.

Débat 1 – L’évolution des pratiques et l’influence du numérique sur celles-ci

Intervenants : Thierry KOSCIELNIAK, Sophie OTHMAN, Gaëtan RIVIÈRE 

Il est indéniable que le numérique a un impact dans nos pratiques quotidiennes. Nos besoins n’ont essentiellement pas changé, mais nos comportements, et par corollaire, nos rapports se sont fondamentalement transformés. Que ce soit l’accès à la culture, aux apprentissages ou même aux divertissements, il est certain que nous ne répondons plus à nos besoins aujourd’hui de la même manière qu’il y a un demi-siècle. Les nouvelles technologies sont-elles à l’origine ou la conséquence ?

Débat 2 – Instantanéité du numérique et rythme d’apprentissage 

Intervenantes : Maud HARNICHARD, Chantal WIONET

Le numérique a consacré l’apogée de l’information immédiate qui nous est maintenant déversée en flots continus. À l’inverse, les universités restent des lieux de création et de transmission des connaissances au temps long. Le temps des connaissances et de l’esprit critique n’est pas celui de l’information. Comment se traduit et est vécue cette coexistence de rythmes par les enseignant.es et les étudiant.es ? Peut-on profiter de l’instantanéité offerte par le numérique sans se réfugier dans la facilité ou sacrifier la qualité des apprentissages ?

Après-midi

Le numérique transforme-t-il vraiment l’Université ?

Conférence de Nadia JACOBY, fondatrice de « Simone et les robots »

Les établissements d’enseignement supérieur ont engagé leurs transformations numériques depuis maintenant plus de 10 ans. L’arrivée progressive du numérique sur l’ensemble des procédures administratives et bien entendu dans les salles de classe, a induit une montée en compétences des acteurs universitaires : enseignant.e.s, étudiant.e.s et administratifs. Cette maitrise induite a favorisé un usage naturel du numérique dans les apprentissages. Nous ne sommes plus dans cette période d’injonction à l’innovation, mais plutôt dans la phase suivante d’exigence des acteurs avec la demande qui dépasse l’offre.

Débat 3 – L’impact du numérique sur l’évaluation des apprentissages, nouvelles perspectives et nouvelles opportunités de fraude

Intervenantes : Frédéric GIMELLO, Dominique HERVY-GUILLAUME, Léonore MULLER

Le numérique a ouvert de nouvelles possibilités pour l’évaluation des apprentissages, ouvrant la voie à l’individualisation, l’immersion, la simulation, l’automatisation, l’auto-évaluation, des retours personnalisés et bien d’autres aspects encore à explorer. En parallèle, le numérique a aussi offert de nouveaux outils pour le contournement ou la falsification de ces évaluations, d’autant plus qu’elles restent traditionnelles. On pense bien entendu au plagiat grandement facilité avec la disponibilité immédiate de nombreuses ressources et les accès facilité par des moteurs de recherche ou des services spécialisés. Mais on peut aussi noter l’évolution des outils numériques avec des services de plus en plus intelligents qui peuvent  répondre de manière quasi humaine à de nombreuses problématiques ou des accessoires connectés et miniaturisés qui viennent remplacer les traditionnelles pompes cachées dans la trousse.

Débat 4 – Le numérique fédérateur des apprentissages présentiels et en ligne

Intervenants : Renaud CORNAND, Christina KOUMPLI

Le numérique redessine la frontière entre les apprentissages présentiels et en ligne. Celui-ci permet un accompagnement à distance plus fluide, plus interactif et permet de simuler une expérience qui se rapproche de plus en plus à celle vécue en classe. En parallèle, les cours en présentiel se sont également enrichis grâce au numérique, offrant une expérience utilisateur plus riche, plus interactive et se prolongeant plus facilement hors de la salle de classe. Est-ce le cours en présentiel qui sort de la classe ou le cours en ligne qui y rentre ? Cette convergence questionne l’hybridation et son continuum pédagogique.