QCM : Vers l’infini et l’au-delà de l’évaluation

Le Questionnaire à Choix Multiple est un outil d’évaluation bien souvent méconnu et mal aimé. Nous avons décidé de le mettre en lumière dans cet article afin d’en présenter les avantages pour l’évaluation à distance.

Avant tout, nous parlerons ici de QCM rédigés dans les règles de l’art, autant dans la forme que dans le fond. L’élaboration de QCM a été évoquée lors de précédents articles : Construire un examen QCM de qualité , Évaluer à distance .

L’ “infox” la plus répandue à propos des QCM est la part importante qu’ils accordent au hasard. Dans l’article Les barèmes des QCM, nous montrons qu’un QCM de 10 questions, avec chacune 5 items de réponses possibles, donne seulement une chance sur 190 000 d’avoir la moyenne (et seulement une chance sur un million de milliards d’avoir tout juste !). Inutile donc d’être piégeux dans les questions pour compenser “la chance”.

Une autre idée reçue qui colle à la peau des QCM est l’accusation selon laquelle ils autorisent l’évaluation de la mémorisation uniquement et ne permettent pas d’évaluer de façon approfondie une compétence ou capacité. Cette limitation n’est que le résultat de questions mal posées. La limite des QCM est l’évaluation de la production des étudiants, mais ils sont tout à fait à même de vérifier les niveaux d’apprentissage de la compréhension et de l’analyse. Pour cela, il faut imaginer des questions plus axées sur le “pourquoi”, ou des réponses qui ne sont que le point final d’un raisonnement que l’étudiant doit réaliser pour y répondre. (cf. Construire un examen QCM de qualité)

Enfin pour finir de réhabiliter ce mal aimé, tordons le cou à cette rumeur qui laisse entendre qu’il est bien trop facile de frauder avec les QCM. C’est toujours la faute de QCM mal rédigés et mal utilisés qui leur donnent cette mauvaise réputation. Si les énoncés et les items de réponses sont plutôt homogènes, le fameux petit coup d’oeil sur le voisin ne sera pas si facile que cela, en tout cas pas plus que n’importe quel coup d’oeil sur son brouillon dans un examen classique. Mais le bon paramétrage lors de sa mise en ligne du QCM lui permet d’être encore plus sécurisé.

Il est très facile de remédier aux éventuels désagréments de fraude, et de rendre celle-ci quasi impossible ! En effet il est possible de :

  • Présenter les questions dans un ordre aléatoire pour que les étudiants ne résolvent pas les mêmes questions en même temps.
  • Mélanger les items des réponses aléatoirement également, ce qui ne permet plus la divulgation simplifiée de ses résultats (1a, 2a, 3c, 4b,…)
  • Proposer des questions qui poussent à la réflexion et au raisonnement, car elles ne permettent pas de trouver une réponse rapidement sur Internet.
  • Faire faire le test en temps limité, au même moment pour tout le monde évite la triche entre camarades, car cela demande aux étudiants un effort cognitif dans l’instant T, et si le test est programmé pour une durée déterminée, il faudra rester concentré et enchaîner les questions exactement comme lors d’un examen classique.
  • Imposer une navigation sans retour dans le test : les questions sont alors posées les unes après les autres sans possibilité de revenir en arrière. Attention cependant, ce mode est plus exigeant car il n’y a pas de relecture possible, ni même la possibilité de mettre une question de côté pour plus tard.

Une fonctionnalité supplémentaire des QCM en ligne est la possibilité d’adopter une approche mixte formation/certification, qui elle aussi fait diminuer la fraude en mettant moins de pression sur les étudiants au moment de l’évaluation.

Pour cela, on pourra par exemple, jouer sur le nombre de tentatives autorisées pour faire le test. Si le test est bâti avec des questions aléatoires à partir d’une base assez large de questions, l’étudiant reçoit une nouvelle version du test à chaque tentative. On peut même s’assurer que chaque tentative contient bien des questions sur chaque apprentissage à évaluer, en faisant autant de catégories de questions que de concepts à évaluer. Si plusieurs tentatives sont autorisées, il existe plusieurs manières de prendre en compte la note (la plus haute / moyenne / 1ère / dernière).

Et pour finir en beauté, faisons un petit tour d’horizon des atouts indéniables des QCM et encore plus des QCM en ligne :

Si cet article a fini de vous convaincre d’adopter le QCM pour votre évaluation, n’hésitez pas à prendre contact avec la mission APUI (apui @ univ-avignon.fr ) pour plus de conseils pour sa conception ou sa mise en pratique.