Sondage étudiant sur le vécu de la continuité pédagogique : analyse qualitative

L’analyse qualitative ci-dessous fait suite à l’analyse quantitative des 12 premières questions fermées du sondage. Cette partie analyse les réponses aux deux questions ouvertes sur les difficultés et les avantages perçus durant cette continuité pédagogique à distance. La dernière partie propose des leçons à tirer de ces retours étudiants.

Les principales difficultés des étudiants pour suivre les cours pendant la fermeture

Les étudiants ont été interrogés sur les difficultés qu’ils avaient rencontrées dans une question ouverte. Les 588 réponses obtenues ont été analysées et classifiées dans les 12 catégories présentées dans le graphique ci-dessus ; les chiffres mentionnés correspondent au nombre de fois où cette catégorie a été mentionnée.

Quatre pôles de difficultés se distinguent dont voici un panorama, illustré par des extraits de réponses étudiantes.

 

La motivation et l’organisation personnelle des étudiants

Les étudiants évoquent de manière générale une motivation compliquée à maintenir dans le contexte et une organisation personnelle nouvelle à mettre en place, ce qui est loin d’être évident pour tous.

“ La difficulté principale est la motivation dans une période compliquée. C’est difficile de se motiver totalement seul à travailler avec des contraintes comme par exemple pour ma part mon job étudiant d’hôtesse de caisse. On avait pas imaginé finir notre année dans des conditions aussi exceptionnelles. ”

“ Le fait de ne plus être dans un contexte scolaire est très dur pour rester concentrer dan les cours. ”

Outre le ressort proprement personnel de la difficulté de certains étudiants à se motiver et s’organiser seuls, de nombreux facteurs externes sont mentionnés pour leur mauvaise influence sur la motivation et l’organisation.

“ Manque de motivation dû au manque d’encadrement pédagogique (cours en présentiel). ”

La grande tentation de faire “autre chose” que les cours devant son écran est classiquement citée régulièrement. Mais on trouve aussi beaucoup de remarques sur le cadre familial et/ou spatial qui rend la concentration ardue, ainsi que le format et le cadre inhabituels des cours, le manque de structuration et de rythme de l’emploi du temps, la variabilité des outils et modalités d’un professeur à un autre… Le manque de contraintes fortes sur l’occupation du moment présent est ressenti par certains comme une difficulté à se motiver.

“ Les difficultés que j’ai rencontrés venaient surtout du fait de ne pas avoir de cours fixes obligés à se déplacer dans une salle dédiée au travail comme un amphithéatre ou la bibliothèque qui sont beaucoup plus pratiques et encourageant le focus sur les cours que le domicile.”

Les difficultés liées à la communication

Les étudiants ont tout d’abord souffert d’un manque de communication avec leurs enseignants concernant les cours,

“ Il y a eu un sérieux manque de communication. Certains enseignants ne nous ont pas contactés avant un mois voir deux mois après l’annonce du confinement. ”

et concernant les modalités d’évaluation :

“ Ce qui a été le plus compliqué c’est de savoir dans quelle matière doit-on rendre un devoir ou non, pour quand. Les informations données par les professeurs ne sont pas toujours très explicites. ”

Le stress généré par l’inconnu sur les évaluations et la validation du semestre est mentionné fréquemment.

Dans certains cas, c’est une absence complète de communication et de présence enseignante qui est regrettée : des cours qui sont donnés sous forme de pdf ou diaporamas sans aucune explication ou accompagnement, des enseignants qui se manifestent seulement au moment d’annoncer les modalités et dates d’évaluation.

“ L’absence de certains professeur, on décroche de leur matière d’enseignement.”

“ Lire un cours sur un document à l’écrit sans que le professeur l’explique était vraiment difficile.

“ L’absence de lien avec certains professeurs qui ne réponde à aucun mail et qui nous laisse dans le flou et donc un grand sttress. La peur de ne pas réussir.”

La communication a aussi pu être dispersée, désordonnée et être un frein à l’organisation des étudiants, voire générer du stress.

“ Personnellement, j’aurais aimé un endroit où on a toute les infos des TD, dont les horaires ou ce qui va être traité pendant la séance. ”

Les étudiants font état d’informations qui arrivent par mail pour certains cours, sur les forums pour d’autres, sur Discord ou autres ; ils pointent un manque de coordination entre leurs enseignants, des pratiques variables en termes d’outils utilisés, de temporalité des cours (certains profs conservent le créneau habituel du cours, pour d’autres on ne sait pas…).

“ Ce qui est également difficile, c’est de récupérer tous les cours car les professeurs n’utilisent pas les mêmes outils. On fait la chasse aux cours, aux devoirs et aux informations. ”

“ L’absence d’emploi du temps qui entraîne une irrégularité dans le travail. ”

Enfin, parfois le manque de communication pointe l’institution, l’Université dans son ensemble, dans sa communication globale sur les mesures liées à la fermeture, la mise à distance de tous les enseignements et les modalités de validation du semestre.

 

Les difficultés matérielles : équipements informatiques, connexions et conditions de confinement des étudiants

Comme cela est ressorti de l’analyse quantitative, certains étudiants ne disposent pas d’un équipement adéquat : ils doivent partager un ordinateur, suivre un cours ou participer à un forum depuis leur téléphone mobile. 15% des étudiants évoquent ainsi ce cas de figure dans cette question ouverte.

“ Pas d’ordinateur donc compliqué de regarder les supports via un smartphone. ”

Les problèmes de connexion sont fréquents et handicapants, pour suivre les cours “en live”, regarder une vidéo en temps limité lors d’une évaluation, télécharger les documents de cours…

“ Problèmes d’accès à Internet lors d’évaluations en ligne (dossier lourd à télécharger pour voir le sujet et les documents donc beaucoup de temps perdu).”

“ La qualité de ma connexion internet étant hasardeuse les visioconférences ont été des moments pénibles (fatiguant) à passer (en raison de la qualité vidéo/sonore). ”

Concernant les espaces physiques, les difficultés proviennent soit de lieux exigus (studio, chambre en résidence universitaire), soit d’espaces partagés avec des parents, une fratrie…

“ Je n’étais pas dans des conditions optimales avec des perturbations familiales (famille nombreuse, entourage qui travaille malgré le risque sanitaire) ”

“ … je suis confinée en famille avec mes frères et sœurs qui sont plus jeunes et que je dois moi-même aider pour les devoirs. ”

Dans tous les cas, nombre d’étudiants n’ont pas d’espace adéquat ou réservé à l’étude et regrettent les espaces calmes et propices à l’étude de la BU.
Les autres obligations des étudiants : jobs annexes, gardes d’enfants, aide à la famille, parents malades…

 

L’apprentissage à distance

Des étudiants mentionnent de manière générale et sans entrer dans le détail ne pas apprécier la version à distance qu’ils ont eue de leur formation. Lorsqu’ils sont plus précis, des réponses font état d’enseignements à distance dégradés : les cours qui se transforment en somme de documents pdf ou d’ouvrages à lire, en comptes-rendus à rendre, voire en webographie de MOOC…

“ Manque de véritables cours dans certaines matières. Pas d’explications approfondies pour nous aider. Seulement extraits de textes. ”

“ Nous n’avons pas réellement eu de cours (mis à part dans 2 matières où des diapositives nous ont été envoyées), mais seulement des dossiers à rendre. ”

Le manque d’interactions, de contacts visuels et auditifs avec les enseignants, la plus grande difficulté à poser des questions ou obtenir des réponses sont très présentes. Ces éléments occasionnent des difficultés de compréhension, du cours lui-même ou des attendus du cours et des rendus à produire.

“ Pendant cette période l’une de mes difficultés est la compréhension des cours du a un manque d’explication orale. ”

Les étudiants évoquent également le trop grand temps passé devant un écran :

“ Le plus difficile était de rester et travailler toujours devant un écrans. Je me fatiguais vite même avec des lunettes de protection pour l’ordinateur. ”

 

En écho aux problématiques d’organisation, de communication avec les enseignants et de coordination au sein des formations, un sentiment de surcharge apparaît, qui peut avoir plusieurs origines :

  • Le sentiment que les enseignants ont donné plus de travail personnel que d’habitude en présentiel ;
  • La “chasse au cours et aux informations” qui consomme trop de temps au détriment du temps d’apprentissage ;
  • Des dates de rendus de dossiers ou de TP trop rapprochées ;
  • Des contenus de cours livrés en bloc sans indication de progression ou planification ;
  • Des séquences de cours trop chargées, sans report à la semaine suivante. Là où en amphi un prof s’arrête à la fin de l’heure de cours, même s’il n’a pas fait tout ce qu’il avait prévu, à distance, les ressources données sont considérées comme un “cours fait” ;
  • Les étudiants se sentent noyés devant une masse de documents à lire ou une liste de sites à consulter ; ils ne savent pas toujours faire le tri ou prioriser, lorsque les ressources ne sont pas accompagnées d’explications ou consignes particulières.

“ Beaucoup trop de travail, plus qu’en temps normal. ”

“ Nous avons eu droit à des devoirs en continu, en même temps. Les enseignants ont pratiquement tous fait la même chose donc la quantité de travail m’a semblé beaucoup plus importante. ”

“ beaucoup plus de travail personnel (doit faire les cours, les apprendre, poser des questions avec des difficultés pour se faire comprendre, faire les exercices d’applications, faire les contrôles). ”

“ Lire des articles toute la journée en guise de cours n’est pas forcément intéressant, et les professeurs donnent plus de travail qu’en période habituelle. ”

“ La difficulté est liée au fait que chaque prof donne beaucoup de choses à faire(il arrive parfois qu’on aie des rendus pour des matières différentes au même moment), ce qui est stressant si on veut toucher à toutes les matières au final l’on se retrouve avec un gros retard dû à la surcharge. Je pense que ça serait plus efficace si les profs se consultaient et faisaient un calendrier afin de savoir quel charge nous avons pour nous permettre d’être plus efficace. ”

 

Les points positifs relevés par les étudiants

400 étudiants ont fait part d’éléments positifs de la continuité pédagogique, mais 89 ont profité de cette question pour souligner qu’ils ne retenaient rien ou pas grand chose de cette période de cours à distance.

Il est intéressant de noter que les éléments positifs majoritaires mentionnés spontanément par les étudiants répondent à leurs principales difficultés :

  • l’implication des enseignants, d’ailleurs fréquemment louée en contrepoint à l’absence d’autres enseignants,
  • les gains et apprentissages pour leur organisation : souplesse du rythme et apprentissage de l’autonomie,
  • l’usage du numérique qui apporte des ressources pédagogique nouvelles, vérifiées et de référence, à contrario des ressources brutes fournies en masse.

Implication des enseignants

Le point positif le plus souvent relevé est l’implication des enseignants. Les étudiants ont apprécié leur disponibilité, leur soutien, leur accompagnement, leur compréhension, leur adaptabilité, leur investissement, leur écoute, leur bienveillance…

“ Les enseignants sont super, toujours disponible et à l’écoute. On se sent encadré par l’université.”

“ Bienveillance de certains de mes professeurs tout de même. Il y en a qui ont été très compréhensifs et présents. Il faudrait qu’ils soient tous comme ça ! ”

“ Les enseignants à l’écoutes de nos problèmes et leur solutions. ”

“ La réactivité et l’aide de certains professeurs qui m’ont grandement aidé. ”

Pour certains, poser des questions ou contacter les enseignants dans cette période a été jugé plus facile qu’en temps normal à l’Université, en partie grâce à l’usage de nouveaux outils de communication comme les forums et messageries instantanées.

“C’est pratique, on nous donne tous les outils pour réussir et le moindre élève ou professeur est joignable aisément.”

“ Certains professeurs ont été très réactifs et ont utilisé différents moyens de communication et de recherche afin de nous expliquer au mieux leurs connaissances et je les remercie. ”

“ Il est plus facile de poser des questions aux enseignants. ”

“Le seul point positif fut l’accompagnement soutenu d’un de nos professeur lors d’une correction de TD mais aussi sa présence pour répondre à nos questions. ”

Nombre d’enseignants ont adapté leurs pratiques et ressources à la modalité distancielle et cela a été relevé comme un vrai plus par les étudiants.

“ Les professeurs qui n’utilisaient aucun support lors des cours, se sont adaptés et il est maintenant plus simple de travailler leur matières. ”

“ Nous avons une trace écrite et complète de tout les enseignements. ”

 

Organisation du temps – Rythme d’apprentissage – Autonomie

Comme nous l’avons vu dans la première partie,  les étudiants, se retrouvant seuls face à leurs apprentissages, ont perçu l’autonomie nécessaire comme une source de difficulté. Mais elle leur est aussi apparue comme une vraie richesse pour leur formation et se retrouve dans les éléments positifs de cette période. La distance leur a ainsi permis de développer ou d’accroître des capacités d’organisation dans leurs études.

“ La capacité à mobiliser nos propres ressources pour s’en sortir et avancer dans les cours. ”

“ Une meilleure organisation des étudiants pour pouvoir suivre le nouveau rythme d’études, ainsi que le développement des compétences autodidactes. ”

Le premier bénéfice reconnu de cet apprentissage de l’autonomie est la capacité d’organiser au mieux son temps, pour trouver le rythme d’apprentissage le plus adapté à sa propre situation.

“ Apprentissage autonome au rythme de chacun. ”

“ J’ai pu travailler mes cours au moment et à l’heure que je voulais. ”

“ J’ai pû adopter un rythme de travail qui me convient (peu de travail le matin, les choses les plus simples comme lire des polycopiés ou les matières faciles comme les UEO, travail plus intense et compliqué l’après-midi et le soir, et (re)lecture de cours en fin de soirée / début de la nuit). ”

“ Quelques avantages même s’ils sont moindres : -pouvoir aller à son rythme (plus doucement/plus vite selon les cours). ”

“ Possibilité d’organiser soit même son emploi du temps et (si l’on a le temps) possibilité de travailler telle ou telle matière selon son envie. ”

Un autre bénéfice réside dans la posture active que les étudiants ont pu expérimenter et dont ils ont mesuré l’avantage pour la solidité de leurs apprentissages :

“ Apprendre de soi même permet d’apprendre autrement et comprendre à sa façon. ”

“ Les devoirs maisons étaient très peu utilisés, néanmoins en effectuant nos recherches soi-même on apprend beaucoup plus vite. ”

“ Ce format permet aussi de devoir formuler proprement les questions que l’on souhaite poser; ce qui oblige à retourner dans le cours pour chercher le vocabulaire et souvent y trouver la réponse avant d’avoir poster quoi que ce soit sur le forum ! ”

 

De nouvelles ressources numériques

L’usage du numérique a été un véritable levier pédagogique pour certains étudiants pendant cette période. En effet, l’utilisation de nouvelles et diverses ressources, qui n’étaient que peu exploitées jusqu’à présent, ont permis de faire leurs preuves d’efficacité dans un enseignement à distance. Les ressources numériques les plus appréciées sont  :

  • les capsules vidéos faites par les enseignants ,
  • les diaporamas commentés,
  • les salons Discord pour communiquer, s’exercer et s’entraider,
  • les forums et messageries instantanées pour communiquer avec les enseignants et le reste de la promo,
  • et plus généralement les ressources numériques qui peuvent être ré-utilisées à loisir.

Ces modalités ont permis de rendre attractifs les enseignements en accompagnant les étudiants dans leurs apprentissages.

“ Les cours en vidéo capsule et la disponibilité des diapos et des pdf pour certains cours m’a beaucoup aidé à mieux comprendre ces cours et à redoubler d’efforts pour avoir une meilleur note. ”

“ concrètement ce que je retiens de positif c’est le fait de pouvoir avoir des diapo avec des explication de certains professeur mais seulement très peu le font…”

Ces dernières ont donc été perçues comme adaptées voire plus efficaces pour apprendre, mutualiser, réviser et organiser son emploi du temps soi-même.

“ Meilleure exploitation des ressources pédagogiques de la part des enseignants comme des étudiants. ”

“ Le positif, je trouve que les cours qui ont été fait par certains professeurs en vidéos externes […] ont été vraiment géniales ! Peut être pourrait on installer ce mode d’apprentissage pour éviter les cours magistraux futurs… ”

“ Les cours vidéo déposés sur la plateforme ainsi que les td à travers discord étaient très efficaces et mon même permis un gain de temps et une meilleure compréhension car ils facilitent le concentration, et ils s’adaptent parfaitement au techniques de travails de chacun. ”

“ Les cours en vidéo (pas en visio) nous permettent de suivre le contenu pédagogique à notre vitesse, on peut faire pause, revenir en arrière, arrêter et reprendre plus tard ainsi que poser des questions au professeur en ligne. Je trouve que c’est une méthode d’enseignement à retenir à l’avenir. ”

 

Quelles leçons tirer de ces analyses ?

Un cours à distance ne peut se concevoir sans une interaction pédagogique forte qui est centrale dans la relation complexe « enseignement-apprentissage-savoirs ». Elle constitue le fondement de toute efficacité éducative. Elle permet de dépasser la simple transmission des savoirs, en accompagnant l’étudiant dans leur appropriation et en favorisant ainsi le développement et l’acquisition de ses propres connaissances.

Pour autant il ne faut pas négliger les points suivants, comme nous l’ont rappelé les étudiants dans ce sondage :

  • Informer régulièrement est primordial, de plus l’information doit être facilement accessible aux les étudiants. Les enseignants doivent s’assurer qu’elle est bien comprise.
  • Centraliser l’information du point de vue de l’étudiant plutôt que de l’enseignant ou du cours. Les étudiants doivent retrouver au même endroit toutes les informations de leur formation.
  • Fournir un point d’entrée unique pour les étudiants : E-UAPV doit être la référence pour les cours et centraliser toutes les ressources et activités.
  • Se coordonner au sein de l’équipe pédagogique. La charge de travail doit être lissée, le planning des évaluations régulièrement réparti et les outils numériques partagés autant que possible.
  • Accompagner les étudiants dans leur apprentissage de l’autonomie. Les aider à s’organiser sans leur imposer un schéma : par exemple indiquer le temps nécessaire pour l’exploitation de chaque ressource et activité demandée plutôt que d’imposer un emploi du temps.
  • Miser sur l’asynchrone pour flexibiliser les rythmes, favoriser la disponibilité individuelle pour l’apprentissage et minimiser les problèmes techniques. Les capsules vidéo de l’enseignant et les diaporamas commentés sont des ressources adaptées pour cela et appréciées.
  • Optimiser les séances synchrones pour les interactions et soutenir la motivation des étudiants. Le contenu du cours ne peut pas être basé sur ces seules séances : certains étudiants n’y auront pas accès dans de bonnes conditions voire pas accès du tout.
  • Sélectionner avec soin les ressources proposées. Chaque ressource doit avoir une intention pédagogique explicite en lien avec l’objectif du cours et doit être accompagnée de consignes appropriées.
  • Favoriser l’entraide étudiante : pour stimuler l’apprentissage par les pairs, entretenir la motivation étudiante, permettre une meilleure diffusion et compréhension de l’information.

La mise en pratique de ces recommandations résoudrait la plupart des problèmes mentionnés par les étudiants dans ce sondage !